Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du bricolage

Le blog du bricolage

Menu
Réussir une cuisine campagnarde

Réussir une cuisine campagnarde

J'ai été élevé par mes grands parents dans le sud ouest. Ils habitaient une maison typique de cette région dessin_arcuelh%20_JCD3.jpg dont l'une des caractéristiques était d'être structurée autour d'une pièce principale : la cuisine.


Je revois encore cette immense pièce dont l'un des murs portait une extraordinaire cheminée d'autrefois dans laquelle je pouvais entièrement entrer debout avec ma taille d'enfant. Que de souvenirs attachés à ce lieu et que de bons plats servis par une grand mère attentionnée !


De cette époque j'ai gardé un besoin de regrouper régulièrement ma famille autour d'une table attrayante et dès que j'en ai eu la possibilité j'ai voulu reproduire le schéma de mon enfance. J'ai alors décidé de transformer une cuisine d'une quinzaine de m² dont l'aménagement était rendu totalement impossible par le nombre d'ouvertures, portes et fenêtres, en la pièce principale de la maison avec un côté cuisson et un côté réception. Pour ce faire j'ai alors abattu une cloison. Je crois que nous sommes bâtis sur les fondations de notre enfance et rien ne semble devoir changer cette structure. Je souhaite à chacun de pouvoir rétablir ces équilibres au travers de quelques retours aux sources. Voici le mien ...


Descriptif :

- Ancienne cuisine de 15 m² accolée à une chambre de 18 m²

- Abattage du mur de séparation (porteur)

- Aménagement complet de l'espace final avec création de placards en maçonnerie et d'une console centrale


Voici quelques vues avant que les travaux ne commencent


Les meubles existants sont passés de mode (Photo prise de la chambre contigüe)

Toujours de la chambre, les murs ne font pas très ... cuisine !

 Nous sommes dans la cuisine, décidément... de toute beauté !

Ce petit coin de fenêtre ne paye pas de mine mais avec un peu d'efforts ...

-------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le plan des lieux avant le début des travaux.

Ce côté donne accès au couloir desservant les autres pièces, une porte se situe à la limite de la cuisine existante et de la chambre.

                             cuisine-avant.jpg  

Ce côté donne sur le jardin. Un évier se situe sous la fenêtre de la cuisine. Il s'agit d'une vieille pierre à eau ayant plus d'âme que de fonctionnalité.

Une autre porte se situe sur le côté gauche de la cuisine donnant accès à la salle à manger et au salon.

Les deux pièces existantes sont séparées par une porte.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Premiers travaux, créer l'espace total de cette future cuisine en abattant le mur de séparant les deux pièces

I - Tombage du mur

La cuisine existante étant utilisée chaque jour, il a été décidé de commencer les travaux par la destruction du mur la séparant de la chambre avant de procéder à la suppression des placards hauts et bas.

Dans une maison de plus de cent ans les cloisons sont construites en pierre de ... 30 centimètres d'épaisseur aussi a-t-il fallu abattre celle-ci au percuteur, pour d'autres cas une masse aurait suffi. Nous avons utilisé un percuteur de taille moyenne semi-professionnel. Ce travail n'est pas complexe mais demande une attention toute particulière afin d'éviter tout risque de chute de pierres.

La première opération a consisté à enlever la porte de ses gonds puis à arracher son chambranle du mur à l'aide de marteau, pinces et burin.La destruction du mur commence par l'un des côtés de cette ouverture (s'il s'agissait de faire tomber un mur plein sans ouverture il conviendrait d'en créer une en enlevant de petits morceaux de pierres). L'arrachage de la première pierre procure une satisfaction sans pareil car elle ouvre la possibilité d'ôter les suivantes à la manière d'un puzzle que nous déferions.

Il est important de confirmer que le risque de chute de pierres est important, selon le type et la construction du mur, aussi est-il prudent de se munir d'un casque de chantier, de gants et de lunettes de protection afin d'éviter toute projection de poussières ou d'éclats dans les yeux.

Les murs peuvent avoir des fonctions de simples cloisons mais aussi des fonctions de soutènement (murs porteurs). Dans le premier cas aucune précaution particulière en dehors de la logique de protection de l'individu n'est nécessaire, dans le second cas, et celui qui nous intéresse ici, il ne faut surtout pas supprimer l'ensemble du mur jusqu'au plafond sans renforcer celui-ci par des étais posés sur le sol et supportant des planches dont la surface soutiendra le plancher supérieur. La bande de mur qui a été laissée le long du plafond est de 30 cms.

Attention, un mur de 3.60 m de long (dont une porte de 90cms) sur 30 cms d'épaisseur et une hauteur de 2.50 m représente 2 mètres cubes de gravats ... que de brouettes à remplir !

II - Que faire après

Cette cuisine va se composer de deux parties réparties autour de ce mur tombé. D'un côté un espace de cuisson qui comprendra des placards bas, un espace réservé au coin chaud, l'évier moderne et la pierre à eau, le tout autour d'une console placée au centre de cette partie. De l'autre côté du mur abattu un espace-repas qui, autour d'une table pouvant accueillir 6 personnes, comprendra des placards haut et bas.

cuisine-apres.jpg

Toutes les structures des placards seront construites en maçonnerie. Ceci est un choix qui permettra un fini de décoration campagnarde plus réaliste. En fait il ne s'agira pas de lisser les murs afin de supprimer toute aspérité mais au contraire de maintenir sur les murs existants certains défauts, voire d'en susciter sur les surfaces créées.

Cette maçonnerie sera effectuée en parpaings de 10cms d'épaisseur collés au mortier classique. N'ayez aucune peur, le mortier colle parfaitement. Il est ainsi possible de poser un parpaing sur un lit de bêton posé lui-même sur, par exemple comme ici, un carrelage existant. Un joint de fixation avec le mur finira sa tenue.                                                                      

  Déroulement des travaux

Nous allons nous interesser aux deux parties distinctes de cette cuisine séparément afin de n'être pas trop compliqués.

I - Côté cuisson

Nous venons de supprimer la cloison séparant les deux anciennes pièces et nous allons nous interesser à la partie qui va devenir le coin chaud de la cuisine.

La particularité de cet espace est d'avoir de nombreuses ouvertures, revoyons le plan

cuisine-apres.jpg

 L'espace de cuisson sera ainsi élagoré en angle droit, intégrant l'évier moderne et l'espace sera complété d'une console central dotée de nombreuses portes et niches et d'un plan de travail important.

De plus la pierre à eau sera maintenue à sa place après quelques modifications afin de lui donner plus d'espace et ainsi de la mettre en valeur.

Espace cuisson et évier

Nous allons commencer par construire des murets en parpaings qui constitueront la structure des placards bas ainsi que le support des plans de travail.


Les murets sont construits à raison de 4 parpaings de 10 cms d'épaisseur et de 50 cms de longueur par muret ce qui représente un hauteur totale de 4 * 20 cms soit 80 cms auxquels il convient d'ajouter les épaisseurs de joints au mortier d'environ 2 cms portant ainsi l'ensemble à une hauteur de 82 cms. Une fois le plan de travail et son carrelage posé nous devrions atteindre une hauteur totale disponible de 85 cms.

La pose s'effectue naturellement et sans précaution particulière. Le mortier (mélange de sable et de ciment) sera étalé au sol directement sur le support existant (ici l'ancien carrelage). La pose s'effectue à la truelle de maçon et les parpaings sont fixés au mur arrière par remplissage des espaces vides.

L'illustration ci dessus (déolé pour le fouilli) montre la construction de quatre de ces murets ainsi que le plan de travail qui les recouvre. Celui-ci a été découpé à la scie sauteuse afin de lui donner cette forme. Il n'est pas nécessaire de compliquer la tâche en voulant nécessairement avoir un plan de trail d'un seul tenant ce qui permet de découper des éléments séparés pouis de les poser sur les murets en les ayant fixés à l'aide de chevilles dans le parpaing supérieur.

L'évier a été posé classiquement en suivant les instructions de découpe de plan de travail fourni avec le matériel. IL s'agit ici d'un évier en grès noir émaillé en forme d'angle à deux bacs. La robinetterie a été ajoutée par la suite.

Les murets ont été ensuite enduits de plâtre afin de masquer les parpaings. La finition pourra ensuite être continuer en appliquant de la peinture ou un revêtement plastique j'ai, pour ma part, préféré privilégié l'aspect naturel et campagnard en n'utilisant aucun complément au plâtre.

Les espaces devant devenir des placards recevront par la suite des portes dont nous verrons la pose plus loin.

L'espace réservé à la cuisson devra recevoir une cuisinière 5 feux de grand format (90 cms de largeur). Celle-ci sera entourée de deux murets de type décrit ci-dessus. Nous allons procéder à la fabrication d'une niche murale qui se situera derrière le matériel et d'une hotte de type cheminée qui se situera au-dessus de la cuisinière. Voyons une illustration afin de mieux comprendre.


Nous avons déjà vu la méthode de fabrication des murets, nous allons simplement utiliser un parpaing et demi par rang afin de construire des éléments de 75 cms de profondeur.

La fabrication de la niche arrière sera effectuée à l'aide de contreplaqué de 10 mm d'épaisseur. La première opération consiste à poser une planche d'aggloméré, utilisée pour le plan de travail, de 15 cms de largeur afin de relier l'arrière des deux murets que nous venons de concevoir. Cette planche supportera la structure de la niche.

La niche sera composée de panneaux assemblés par vissage et collage et constituant des espaces vides. Le premier assemblage consistera à poser les côtés de 35 cms de largeur, de 80 cms de hauteur et de 12 cms d'épaisseur directement par assemblage sur le bord du plan de travail de chaque côté de l'espace destiné à la cuisinière. Afin de faciliter l'assemblage il est conseillé d'utiliser de petits tasseaux de section 10 mm * 10 mm qui seront posés à l'intérieur de chaque montage.

La niche murale est ensuite constituée d'un panneau de contreplaqué de la dimension du fond disponible, hauteur et largeur, et découpé au centre d'un rectangle de 80 cms de longueur sur 50 cms de hauteur. Ce panneau sera ensuite assemblé sur les deux côtés décrits ci dessus en gardant un espace de 10 cms au mur puis les espaces vides seront remplis par des planches de contreplaqué posés sur les arêtes de ce panneau et fixés à l'arrière directement sur le mur.

Les deux côtés de cette niche constituent les supports de la hotte qui sera fabriquée de la manière suivante :

Tout d'abord pose d'un cadre en tasseaux de section 40 mm * 40 mm au plafond de 70 cms de largeur calée sur l'espace préservé dessous pour la cuisinière et de 45 cms du mur. Ensuite pose de tasseaux de même section verticaux partant des quatre coins de ce rectangle et descendant de 30 cms. Ensuite pose de tasseaux identiques pour relier les tasseaux verticaux entre eux afin de créer un rectangle à 30 cms sous le plafond. Ces éléments seront assemblés entre eux par de la visserie à bois ou à aggloméré. Ce cube réalisé sera la partie haute et verticale de la hotte.

Il nous faut maintenant réaliser un second cadre cette fois d'une profondeur de 60 cms du mur et dont les tasseaux latéraux reposeront sur les côtés de la niche réalisée préalablement. Ce second cadre deviendra la partie basse de la hotte et sa dimension plus large et plus profonde permettra de donner le mouvement de la cheminée.

Afin de réaliser cette opération nous allons utiliser du contreplaqué de 5 mm cette fois, le plus fin existant dans le commerce, puis en découper à la scie sauteuse trois éléments devant recouvrir les côtés de la hotte et sa façade en augmentant la dimension haute de ceux-ci de 10 cms.  Nous appliquerons dans un premier temps sur l'un des côtés la planche concernée en la fixant par agrafe ou à l'aide de clous en commençant par le tasseau haut. Ensuite nous chercherons à faire coïncider le bas de cette planche avec le tasseau bas en formant une sorte de vague avec le contreplaqué qui, très fin, se pliera de manière simple et en la fixant par l'arrière de manière à ce que ce tasseau devienne à la fin de la réalisation une poutre de finition. Cette opération difficile à réaliser doit l'être avec calme afin de donner au bois la forme véritable d'une cheminée. Une fois la forme requise obtenue il sera procédé au cloutage de la panche dans le tasseau du bas, l'opération sera renouvelée pour l'autre côté et la façade.

L'ajustage des éléments est rendu très difficile par le pliage qui est demandé aux planches et des espaces vides apparaissent entre celles ci aux deux angles de la hotte. Afin de les colamter j'ai imaginé un stratagème qui a donné de bons résultats. Il suffit d'utiliser une bande de gaze de 15 cms de largeur achetée en pharmacie et dont la destination habituelle est le pansement puis d'en découper une longueur égale à la hauteur de la hotte puis de la tremper dans un plâtre que vous aurez préparé très liquide et enfin de l'appliquer sur la faille. En séchant, la bande durcira et obturera de façon parfaite la partie ouverte. Il esixte dans les commerces de bricolage des bandes pré-platrées mais qui ne sont pas suffisamment larges, d'une part, et dont le coût de revient est bien plus important que celui des gazes infirmières.

(Si vous aimez les astuces de tout genre ...)

Il restera à poser une étagère de chaque côté de la hotte en leur donnant la forme la plus adaptée à l'environnement. Ici nous avons découpé une forme arrondie concave qui surplombe les plans de travail.

Dans cette partie de la cuisine n'oublions pas l'ancienne pierre à eau que nous avons décidé de garder et de mettre en valeur.

Ce légumier est inscrit dans un espace étroit sans paillasse possible.Nous allons tenter de transformer cet espace en l'élargissant, en créant une paillasse et en modernisant la robinetterie. Afin de rendre ce petit coin plus campagnard nous allons également intégré du bois au travers d'une poutre et d'un rappel en tête du nouveau plan de travail.

  

La première étape a consisté à élargir l'espace en faisant tomber au percuteur des pans des murs adjacents. Un espace a également été créé en surface sur une profondeur de 30 centimètrespour pouvoir intégrer une poutre récupérée de la chute du mur de séparation cuisine-chambre au début des travaux.

On voit sur l'illustration la canalisation d'arrivée d'eau arrachée à l'ancien mur et les étais posés pour maintenir la poutre pendant la période de séchage du mortier

Après avoir rhabillé ce mur en bien piteux état de plaques BA13, plaques de plâtre, et enduit les murs nouvellement élargis de plâtre nous avons commencé à poser le carrelage de décoration. Comme pour l'ensemble de la cuisine celui-ci est un carrelage italien décliné en trois couleurs ; marron, jaune paille et jaune d'or. Les carreaux par ailleurs comportent des irrégularités volontaires lui donnant un aspect artisanal et ancien.

Afin d'augmenter cet aspect ancien le carrelage sera posé en diagonale en apposant une couleur marron sur les murs et jaune d'or pour le tour du légumier ainsi que sur le petit plan de travail.

Il a été également repassé une nouvelle tuyauterie d'admissions eau chaude et froide et une robinetterie de type mitigeur coloris terre brûlée a été posée sur le plan de travail.

Au passage la peinture blanche de la fenêtre a été décapée. Elle sera vernie couleur merisier, la crémone quant à elle sera recouverte d'une peinture or. La poutre surplombant l'espace et celle posée en tête de paillasse seront également passées au vernis couleur merisier.



















II- Côté repas

Revoyons le plan une fois encore

cuisine-apres.jpg

Le travail de ce côté de la cuisine va consister à construire des murs, et non plus des murets, en parpaings afin d'intégrer par la suite des portes en façade. Ce travail sera effectué sur deux murs. L'un dont nous verrons qu'il comportera uniquement des portes, haut et bas, alignées verticalement et horizontalement, l'autre qui comportera des portes basses, des portes hautes et des niches décalées horizontalement et verticalement.

 Les portes des placards ont été choisies dans une fabrication en chêne massif brut décorées en chapeaux de gendarmes. Les largeurs sont multiples, de 30 à 60 cms et les hauteurs de 50 à 160 cms.

Le mur que nous voyons ici sera constitué de 3 portes basses de grand format (60*160) et de 3 portes hautes (60*50).

Il s'agira donc de construire 3 murs de séparation, tels que nous les voyons, de 75 cms de profondeur et s'arrêtant à 40 cms du plafond, chacun étant éloigné de l'autre de 60 cms.

L'espace laissé vide en haut des murs sera utilisé par la suite pour la création d'une niche de rangement sur toute la longueur du mur.

Astuce : Chacun des deux murs centraux sera construit en n'utilisant qu'un parpaing tous les deux rangs au lieu d'un parpaing et demi. Ceci veut dire qu'un rang sera de 75 cms de profondeur et le suivant de 50 cms, l'espace vide étant laissé à l'avant du mur.


Lorsque le mur entier sera construit ,des niches seront ainsi constituées un rang sur deux. En habillant l'intérieur de plaques de contreplaqué de 5 mm qui seront ensuite enduites nous créerons de véritables espaces de décoration.

 

Les portes seront vernies par la suite. Un rideau sera tendu de part et d'autre des murs latéraux pour fermer le rangement sous plafond.


 

 

Le second mur sera quant à lui constitué de diverses niches et portes. Il s'est agit ici plus de réflexion, de prises de mesures et d'imagination afin de définir la structure. Finalement nous avons opté pour 3 portes hautes, dont deux d'entre elles sont séparées par une niche, d'une grande porte sous l'une d'entre elles, d'une niche sous une autre et d'une petite porte sous la troisième. A la droite de la grande porte se trouve une nouvelle niche qui surplombe une petite porte.

Sous la troisième porte se trouve également une niche, qui recevra le micro ondes, qui surmonte un bloc de 5 tiroirs. En dessous de celui-ci nous avons maintenu un espace vide qui recevra des caissons mobiles en osier décoratif.

  

 Voici l'aspect fini après que les murs aient été recouverts d'un crépi intérieur blanc additionné d'un additif de couleur verte.

 

 




























Lien vers Leroy Merlin  pour type de portes bricol'up